On parle d’Acti-Sol dans un article publié par le Financial Post

 


Vous croyez que le fumier n’a pas la cote dans les milieux financiers ? Détrompez-vous. Le Financial Post a publié le 29 mai dernier un article faisant état des innovations d’entreprises canadiennes en matière de transformation de cet « or brun ».

Le Financial Post salue l’attitude pro-active de quelques entrepreneurs visionnaires qui appliquent la recherche scientifique pour convertir le fumier en produits utiles.
L’article souligne le succès d’Acti-Sol, non seulement pour la croissance constante de ses ventes mais pour avoir obtenu la certification très recherchée de l’OMRI américaine (Organic Materials Review Institute) et celle du programme Écocert.

« Les fertilisants à base de fumier animal sont plus doux et plus productifs, ils nourrissent le sol plutôt que le plant. Ils aident les plants à développer un système racinaire plus fort, ce qui rend nos jardins plus résistants. Les fertilisant de synthèse font l’inverse. » affirme le chercheur sénior qui a conduit les recherches pour Agriculture Canada (traduction libre de la citation).

Réf. Financial Post, le 29 mai 2009, « The scoop on poop » par Shelagh McNally, Canwest News Service.


> Lien vers l’article paru dans le Financial Post (anglais)

Article du Financial Post qui mentionne Acti-Sol











 
Tous les articles